Rechercher

Pourquoi le télétravail se normalise depuis la pandémie du COVID-19


La pratique du télétravail a gagné en popularité à mesure que la technologie s’est améliorée et a connu une accélération avec la pandémie.

Pour autant, les ambiguïtés définitionnelles et les limites des données font qu’il est difficile, encore aujourd’hui, d’estimer avec exactitude le nombre précis de télétravailleurs.


Le télétravail une pratique diffuse et éparse avant la pandémie


Selon une enquête de la DARES, seulement 3% des actifs français télé-travaillaient régulièrement en 2017. Ce chiffre pouvait occasionnellement monter jusqu’à 7%, par exemple en cas de grève des transports.


D’après une étude de Malakoff réalisée en 2019, la part de télétravailleurs occasionnels en France se situait alors à 29%, avec en moyenne un jour de télétravail par semaine.



La situation en Europe en 2019 était encore très diffuse. Les Pays-Bas (14,1%), la Finlande (14,1%), le Luxembourg (11,6%) et l’Autriche (9,9%) voyaient cette pratique plus largement démocratisée sur leur territoire.

Les pays d’Europe de l’Est sont ceux qui télétravaillaient le moins : la Bulgarie (0,5%), la Roumanie (0,8%), la Hongrie (1,2%), la Grèce (1,9%) ou encore la Croatie (1,9%) font la fin du classement européen.


L’Hexagone fait partie des pays européens qui télé-travaillent le plus, devant l’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne.

Cette différence peut s’expliquer par le secteur des services, prédominant en France comparativement à l’Allemagne par exemple, qui s’adapte facilement au télétravail.


Les pays dont la population active est constituée d’une forte proportion de cadres et de professionnels de la communication, de l’information et des nouvelles technologies sont ceux dont les sociétés sont les plus ouvertes au télétravail.


Par ailleurs, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à télétravailler régulièrement (8,4% contre 5,7%).


En 2019, les chiffres étaient répartis dans le monde de façon aléatoire. Le Brésil (54%), l’Inde (43%) et l’Australie (41%) semblent être les régions les plus avancées sur la mise en place du télétravail.


Le Japon (8%) possède une culture fondamentalement différente, le présentéisme étant une valeur très forte. En effet, assez peu d’entreprises y proposent le télétravail.




La crise du COVID-19 : un réel accélérateur dans la pratique du télétravail


La crise du COVID-19 a contraint de nombreuses organisations à mettre en place du télétravail à temps plein pour leurs employés, afin de prévenir la transmission du virus.


Les personnes de toutes professions qui préféraient ne pas travailler à domicile étaient désormais contraintes de le faire.


Cela a poussé l'incidence du télétravail à un point qui n’avait jamais été atteint auparavant.


Au moment du confinement de mars 2020 en France, le premier ministre Edouard Philippe estime que 8 millions de personnes peuvent travailler à distance, c’est-à-dire 30% de la population active en France.


Dans les faits, un sondage réalisé par Odoxa auprès d’un échantillon de 3 000 personnes représentatif de la population française indique que le télétravail concernait 24% des actifs pendant le premier confinement. Ce chiffre retombe à 14% en septembre.


Par ailleurs, seuls 29% des français interrogés en septembre 2020 souhaitaient télé-travailler davantage, alors qu’ils étaient 55% en avril.


Selon Gallup, Aux États-Unis, 65 % de la population active télétravaillait à temps plein au début du mois de mai 2020.


D’après Lomas, Liang et Tay, L’Europe (40%) et l'Asie ont également connu des taux de télétravail records au cours de cette période.



Des réticences et des freins au télétravail persistent toujours


Les entreprises peuvent émettre des réticences pour le passage au télétravail, comme par exemple le coût engendré par la nécessité d’équiper les employés avec un matériel technologique adéquat.


Les entreprises seraient également obligées de repenser la notion de la gestion des ressources humaines pour que le télétravail se passe au mieux.


Sur le plan technologique, l'internet à haut débit est répartie de façon disparate sur l'ensemble du territoire français. Sur un total de 37,1 millions de locaux en France, 55% sont desservis par la fibre. Ce taux tombe à moins de 9 % dans certains départements ruraux (Alpes-de-Haute-Provence, Ardèche, Creuse, Dordogne, Haute-Marne, Haute-Saône), et peut ainsi freiner une mise en place efficace du télétravail.


Pour Emilie Vayre, psychologue du travail et des organisations, ce ne sont pas les problèmes techniques et matériels qui ralentissent la démocratisation du télétravail en France : « La France est en retard en matière de télétravail parce que nous avons un rapport au travail particulier, avec une culture du contrôle chez le manager, et une culture du présentéisme chez le salarié ».


¹ Les pourcentages sont donnés en % de la population active


Sources Jungle, W. T. T. (2020, 9 juillet).


Télétravail : les chiffres clés. Welcometothejungle.

Croix, Z. D. S. (2020, 8 octobre). Covid-19 : 1 Français sur 7 en télétravail en septembre. LEFIGARO Chong, S., Huang, Y., & Chang, C.-H. (D.). (2020).

Supporting interdependent telework employees: A moderated-mediation model linking daily COVID-19 task setbacks to next-day work withdrawal.

Journal of Applied Psychology, 105(12), 1408-1422 V.G, V. G. (2020).

Télétravail : la France prise de vitesse. Alternatives Économiques, 400, 44‑45.

Le télétravail en Europe. (2020, 23 avril). Toute l’europe.eu.


3 vues0 commentaire